samedi 20 octobre, 2018

TOP-BAR
TOP-BAR
6ème Forum des affaires UE-Afrique : la jeunesse au centre du débat

6ème Forum des affaires UE-Afrique : la jeunesse au centre du débat

La Fédération des Organisations Patronales de l’Afrique de l’Ouest (Fopao) a pris part le 27 Novembre 2017 au 6ème Forum des affaires UE-Afrique (EABF), qui s’est tenu au Palais de la culture de Treichville, dans la capitale économique ivoirienne (Abidjan) sur le thème « Investir dans la création d’emploi pour les jeunes ».

Ce forum organisé par le gouvernement ivoirien, l’Union européenne et l’Union africaine, en marge du 5ème sommet des chefs d’Etat et de gouvernement UE-UA qui as eu lieu à Abidjan (République de Côte d’Ivoire) du 29 au 30 novembre 2017 fait partie de la stratégie conjointe Afrique-UE (JAES) qui vise à présenter « le point de vu des entreprises aux dirigeants européens et africains ».

Le chômage des jeunes étant une question de développement pressante pour l’Europe et l’Afrique, un panel de haut niveau composé entre autres de M. Akinwumi ADESINA Président en exercice de la Banque Africaine de Développement (BAD), M. Stefano MANSERVISI Directeur Général de la Commission européenne, Issad REBRAB Fondateur et PDG du groupe Cevital et M. Luca LAZZAROLI Directeur général, chef adjoint des opérations de la Banque européenne d’investissement a débattu sur le thème « Investir dans la création d’emploi pour les jeunes ».

En ouverture de la session, M. Akinwumi ADESINA président (BAD, a indiqué que la seule manière de faire progresser de manière significative l’Afrique, est de régler le problème du chômage des jeunes. « Il faut créer des emplois pour les jeunes, mais il faut aussi aider les jeunes à créer leurs propres emplois et leur faciliter l’accès aux financements ».

Toutefois, les panélistes notamment Luca LAZZAROLI, font remarquer que la création d’emploi et la facilitation de l’auto-emploi en Afrique, passe par l’électrification du continent et le développement des infrastructures routières et de voies de chemin de fer interconnectées. « Le problème numéro 1, c’est d’électrifier l’Afrique pour construire des usines et développer l’emploi ». Pour appuyer cette assertion, M. Akinwumi ADESINA souligne qu’aucune « entreprise ne peut se développer dans l’obscurité ».

bOutre l’électricité, L’agriculture considéré comme un Secteur d’avenir, et l’éducation sont également des domaines dans lesquels il faut selon les intervenants investir pour la création d’emplois décents ; car le développement nécessite des ressources humaines éduquées et qualifiées.

Par ailleurs, les différents panélistes font remarquer que l’heure n’est plus aux vains discours, mais à l’action. « Il faut arrêter les discours et passer à l’action » à souligner le président de la BAD. Il faut déterminer le système dans lequel l’Afrique fonctionne, créer un environnement favorable en procédant aux réformes nécessaires à la création d’emplois pour les jeunes. Prendre des risques pour le développement et « faciliter l’accès au financement pour la jeunesse grâce à un profond changement de mentalité des banques ».

Ce panel de haut niveau, a précédé l’inauguration de la foire aux start-ups numériques, et la session sur la facilitation de l’investissement en Afrique, l’enseignement et la formation technique et professionnelle pour la jeunesse africaine dont les conclusions seront communiquées au 5ème sommet des chefs d’Etat et de gouvernement UE-UA.