mardi 18 septembre, 2018

TOP-BAR
TOP-BAR
Classement du Magazine Jeune Afrique des 500 premières  Entreprises africaines

Classement du Magazine Jeune Afrique des 500 premières Entreprises africaines

Le magazine hebdomadaire « Jeune Afrique » dresse dans un numéro hors-série N°48, le palmarès exclusif 2018 des 500 premières entreprises africaines, selon leur chiffre d’Affaires (l’essentiel de l’édition 2018 porte sur les comptes clos en fin d’année 2016) et leur présence juridique sur le continent.

Pour cette édition 2018, plus de 80 entreprises contre 43 l’année dernière disparaissent du top 500. Selon Jeune Afrique, ce bouleversement est la résultante des désordres macroéconomiques qui ont affecté le continent africain en 2016 et du défaut de publicité sur leurs comptes, pour d’autres géants tels que Vivo Maroc, Afrique Maroc et la Société Ivoirienne de raffinage (SIR). Cette année, Jeune Afrique observe une petite hausse de 1% ; ce qui n’était pas arrivé depuis trois années.

Le classement général

Les entreprises Sud-africaines en dépit des défis importants à relever pèsent pour plus de la moitié du chiffre d’affaire du top 500, bien que l’Algérie grâce à la société Sonatrach spécialisée dans les hydrocarbures occupe la première place.  Contrairement à l’Egypte et le Nigéria fortement impactés par la décision du Fond Monétaire International (FMI) de laisser flotter leurs monnaies, l’Afrique du Sud qui a vu sa monnaie glisser de 10%  en raison ses multiples soucis économiques, a tenu le choc. Elle s’impose ainsi dans le secteur énergétique, agroalimentaire, la distribution, la télécommunication et la grande distribution.

Les entreprises implantées en Afrique de l’ouest ne brillent que par le Maroc, le Nigéria et le Sénégal qui se classent dans le top 100.

Le classement des entreprises ouest africaines

En Afrique de l’Ouest, le Nigéria malgré le plongeon occasionné par le flottement de sa monnaie fait la course en tête. Les sociétés MTN Nigéria, Dangote Group, Dangote Cement, Floor Mills Nigeria et Oando occupent les cinq premiers rangs au classement régional des 150 premières entreprises de l’Afrique de l’ouest, talonnées par le Sénégal, la Côte d’Ivoire, le Mali et le Burkina Faso.

Le désordre monétaire et la chute du cours du pétrole ont considérablement impacté les entreprises de la sous-région où l’on a pu observer un fort recul des compagnies pétrolières.  A l’inverse de celles-ci, les groupes miniers profitant des difficultés des sociétés pétrolières comme l’indique l’hebdomadaire Jeune Afrique connaissent une forte croissance.

Dans le secteur de l’agro-industrie, les entreprises de télécommunications s’imposent de plus en plus dans ce palmarès. Ainsi, MTN Nigéria, Sonatel, Orange Côte d’Ivoire, MTN Ghana et 9 Mobile figurent dans les quinze premières entreprises.

Malgré le léger regain de vitalité, l’hebdomadaire Jeune Afrique relève que les économie africaines reste encore fragiles  la forte dépendance aux chocs chocs externes. Une intégration économique comparable à celle de l’Union européenne permettrait de solutionner cet état de fragilité.