lundi 21 octobre, 2019

TOP-BAR
TOP-BAR
La FOPAO : Bilan et ambitions

La FOPAO : Bilan et ambitions

S’exprimer d’une seule voix, et être une force de proposition auprès des gouvernements, des organisations régionales, sous-régionales et internationales pour le développement du Secteur Privé sous-régional, telle est l’ambition de la FOPAO.

10 ans après son assemblée générale constitutive qui s’est déroulé les 13 et 14 février 2006 à Conakry, le Secrétaire exécutif de la FOPAO, Monsieur Ousséine Diallo, dresse dans une interview accordée au magazine Twins, le bilan de la décennie d’actions de la Fédération et relève les défis majeurs qui l’attendent.

Un bilan encourageant

La naissance de la FOPAO a contribué à un repositionnement du Secteur Privé. Interlocutrice désormais incontournable, associée à toutes les réunions impliquant le secteur privé tant au niveau de la Commission de l’UEMOA  que de la CEDEAO, l’organisation a permis la création et  le maintien des échanges et le partage d’informations juridiques, sociales, fiscales, économiques, commerciales, financières et techniques entre les différentes organisations patronales nationales.

La FOPAO  a en outre assuré au fil des années « une veille sur l’environnement des affaires et sur le développement des investissements capables d’assurer la prospérité du Secteur Privé régional et partant le développement de la sous-région ».

Œuvrant en étroite collaboration avec l’Organisation Internationale du Travail (OIT), l’une des missions de la FOPAO consiste en l’harmonisation des positions des organisations patronales nationales membres en vue des grandes rencontres internationales ; notamment celles de l’OIT, l’Union Africaine (UA), l’Organisation Internationale des Employeurs (OIE), Business Africa, de l’Union Européenne (UE), de l’Afrique Caraïbe Pacifique (ACP) etc.

En plus de ces activités, la FOPAO prend une part active à la réalisation des Objectifs de Développement Durable (ODD), des relations employeurs-employés et à l’accès au travail décent.

Les grands chantiers de la FOPAO

L’émergence d’entreprises régionales fortes, capables de rivaliser avec la concurrence internationale est l’un des plus grands chantiers de la FOPAO. Comme l’indique monsieur Ousséine Diallo, « Ce chantier est gigantesque, car il nécessite une mobilisation de tout le Secteur Privé ainsi que la mobilisation d’énormes ressources financières ; mais c’est un défis qui doit être relevé dans le temps ». Bien que le dossier évolue lentement, du fait de l’action timide du Secteur Privé régional, la Fédération ne désespère pas de voir un jour cet objectif se réaliser. Elle multiplie de ce fait les sensibilisations auprès de ses membres car le chemin pour y parvenir est long. « Les défis majeurs pour y arriver concernent l’instauration d’un climat des affaires favorable aux investissements nationaux ; la mise en place d’une fiscalité de développement et de financement adapté ; la valorisation de l’épargne nationale et régionale en ayant recours par exemple aux fonds que mobilisent les assurances, l’industrialisation, la stabilité politique régionale, la sécurité, l’émergence de champions nationaux à même d’étendre leurs activités au niveau régional en partenariat avec des entreprises des autres pays ou des joint-ventures… » Souligne le Secrétaire exécutif.

Relever un tel défis nécessite immanquablement un engagement effectifs d‘entrepreneurs et d’hommes d’affaire audacieux ayant le gout du risque et à même d’engager un dialogue public-privé afin de s’assurer l’accompagnement des gouvernements.

Pour la décennie à venir, la FOPAO envisage l’amélioration de sa politique de développement industrielle afin de parvenir a une diversification de ses économies avec une plus large gamme de produits et services, à plus grande valeur ajoutée et augmenter le pourcentage de transformation de ses matières premières. « Il importe que nous puissions transformer au moins 50% de nos principales matières premières locales d’ici à 2025 et 100% d’ici à 2040 et améliorer la compétitivité de nos produit ainsi que conquérir des parts de marchés à l’échelle continentale et mondiale ».

Toutefois, les batailles auxquelles dois se livrer la Fédération sont grandes. La consolidation institutionnelle de la FOPAO et sont autonomie financière dans un conteste où les partenaires techniques et financiers réduisent notablement leurs contributions ; la baisse du prix du pétrole, et de celui de nombreuses matières premières tant agricoles que minières ainsi que les questions de stabilités et de sécurités sont autant de dossier qu’il faut suivre.  Le renforcement, la pérennisation et la crédibilité de la Fédération en dépendent.

Cependant, les perspectives en la matière, sont encourageantes ; assure le Secrétaire exécutif.